Je crois comprendre ce que tu veux désigner par cet art ; mais je verrai la chose plus clairement tout-à-l’heure. Tu as, je pense, Gorgias, assisté comme moi à bien des disputes, et tu y as sans doute remarqué une chose, savoir que, sur quelque sujet que les hommes entreprennent de converser, ils ont bien de la peine à fixer, de part et d’autre leurs idées, et à terminer l’entretien, [ d ] après s’être instruits et avoir instruit les autres. Ce n’est pas autre chose qu’une tentative plus ou moins vaine pour donner de. Longtemps avant que tu vinsses, je leur ai déjà expliqué bien des choses ; [ c ] et, si nous reprenons la conversation, peut-être nous mènera-t-elle loin. Mais l’opposition n’est pas moins flagrante; elle l’est même d’autant plus que le philosophe se sert, dans les deux cas, du même exemple, celui du manger et du boire — distinguant dans le Protagoras, où le point de vue est abstrait, le plaisir de l’acte qui le fait naître, confondant au contraire les deux choses dans le Oorgias, où le point de vue est pratique et psychologique.

Nom: gorgias de platon
Format: Fichier D’archive
Système d’exploitation: Windows, Mac, Android, iOS
Licence: Usage Personnel Seulement
Taille: 69.65 MBytes

Le philosophe qui cherche la justice et qui parvient à un savoir authentique sera heureux puisqu’il fera tout son possible pour ne jamais commettre l’injustice. Par la raison, Polus, que Chéréphon t’ayant demandé dans quel art Gorgias est habile, tu. Tu vois cet Archélaüs, fils de Perdiccas, roi de Macédoine. Si cela est plus laid, c’est donc aussi un plus grand mal. Socrate n’imagine pas un philosophe qui se servirait de sa science pour commettre une injustice. L’éternel système des tyrans et des charlatans, de tous les contempteurs de l’espèce humaine: Puisque la rhétorique est un de ces arts qui font un grand usage du discours, et que beaucoup d’autres sont dans le même cas, tâche de me dire par rapport à quoi toute la force de la rhétorique consiste dans le discours.

Pour avoir le texte grec d’une page, cliquer sur le numéro de page entre []. Les uns prétendent qu’il gorguas agit seulement de la rhétorique, sans autre motif, sinon que Socrate, dans sa discussion avec Gorgias, ne parle que de la rhétorique, caractérisant ainsi tout le dialogue par une seule de ses parties.

D’autres soutiennent que le Gorgias traite du juste et de l’injuste, parce qu’il y est dit que l’homme juste est heureux et l’homme injuste misérable, d’autant plus misérable qu’il est plus injuste et qu’il l’est plus longtemps ; ne s’apercevant pas que ce point de vue est lui-même partiel, et ne se rapporte encore horgias la discussion de Socrate avec Polus.

D’autres enfin voient dans le Gorgias. Pour nous, nous pensons que le but du Gorgias est l’exposition des principes sur lesquels repose le bonheur public Le Gorgias, dit plus loin Olympiodore, se divise en trois parties: Les critiques modernes ne sont guère plus d’accord entre eux que ceux de l’antiquité.

Le Gorgias contient tant de choses, et le lien qui unit toutes ses parties, est si délicat, que, pour peu que ce lien échappe, on peut supposer à ce grand dialogue les buts les plus divers, selon celle de ses parties dont on est frappé davantage ; et comme les considé. Rien de plus naturel, et pourtant, selon nous, rien de plus inexact.

Selon nous, le vrai but du Gorgias est la rhétorique, comme le veut l’opinion la plus vulgaire et la seconde inscription du dialogue, quel qu’en soit l’auteur. Nous rendons hommage à la sagacité d’Olympiodore, qui a très bien compris que tous les points de vue de ses devanciers s’appliquent à une seule partie du dialogue; mais nous croyons que son point de vue a le même défaut ; qu’il ne rend pas compte de l’ouvrage tout entier, et que, pour le maintenir dans sa rigueur, il faudrait lui sacrifier toute la partie du Gorgias qui roule sur la rhétorique, et qui n’aurait plus.

Nous admettons volontiers la division qu’Olympiodore propose du dialogue en trois parties qui se rapportent à Gorgias, à Polus et à Calliclès, et nous croyons qu’en effet cette division embrasse tout l’ouvrage ; mais nous pensons que, si cette division est fondée, si les trois parties du dialogue sont liées l’une à l’autre, comme elles doivent l’être, si la troisième dérive de la seconde, et la seconde de la première, les deux dernières ne sont et ne peuvent être que des développements de la première, et que c’est dans celle-là qu’il faut chercher, avec le motif des deux autres, le but de tout le dialogue.

Or, la première partie du Gorgias, la discussion de Socrate avec Gorgias roule incontestablement sur la rhétorique. Si le sujet de la première partie du Gorgias est la rhétorique, que sont les autres plahon à plston Des preuves nouvelles, des principes du platoh desquels le résul.

Socrate engage la discussion avec Gorgias sur la rhétorique, qu’il traite sévèrement. Gorgias la défend et platn défend lui-même avec la finesse et la mesure que lui attribue l’histoire ; mais comme il est âgé, qu’il est étranger à Athènes, et y remplit Une mission diplomatique, il ne se livre à la discussion qu’avec une certaine réserve ; et quand elle entre dans le fond des choses, il cède la parole à son disciple Polus, jeune homme plus propre à soutenir une discussion un peu vive.

Or, pour traiter à fond la question de la gorgisa, il faut avoir résolu celle du juste et de l’injuste. Il faut savoir, si la rhétorique poaton rien se permettre contre la justice, car de la solution de ce point dépend, l’idée que nous devons nous faire de la rhétorique.

La seconde partie du Gorgias, ou la discussion avec Polus, doit donc être considérée comme une suite nécessaire de la première, et la troisième, la discussion avec Cal lie lès, n’étant évidemment que le développement et la généralisation de la seconde, puisqu’on y traite encore de la justice, mais avec plus d’étendue et de rigueur, se rapporte encore à la première, et par conséquent, à la rhétorique, En effet, la discussion avec Calliclès achevant de démontrer que la jus.

De là, des conséquences en conséquences, cet épilogue mythologique où les suites de l’injustice non expiée en ce monde sont renvoyées à un autre où il n’y a plus d’ajournement ; épilogue qui se rapporte toujours à cette gorias, que gorguas rhétorique, qui ose se mettre en contraduction avec la justice, qui sauve son client, même coupable, et ne regarde que le succès du moment, cette rhétorique est à la fois et une bassesse pour celui qui l’emploie, et une calamité pour celui qu’elle croit sauver.

  TÉLÉCHARGER DIMANCHE SOIR LASCO GRATUIT

Donc toutes les parties du Gorgias tiennent. Et si l’on objecte dee cette conséquence est bien peu importante pour une discussion aussi élevée, nous répondrons que c’est méconnaître entièrement la place de la rhétorique dans l’ordre social de l’antiquité, où toutes les affaires publiques et privées se traitant devant le peuple entier ou devant une portion considérable du peuple, la parole était l’instrument universel, l’éloquence la condition de toute influence, et la rhétorique l’étude obligée de tout homme d’état.

gorgias de platon

Le but, la place et la liaison de toutes les parties du Gorgias ainsi déterminés, on suit aisément Platon dans la longue carrière qu’il. Déjà du temps de Platon la rhétorique s’était définie elle-même l’art de persuader; et cette définition est encore celle qu’elle garde aujourd’hui. Si la définition est exacte, c’est-à-dire complète, elle ne doit supposer rien au-delà ; elle n’admet aucunes réserves secrètes qui puissent la modifier, la resserrer ou l’étendre, et y introduire aucun élément étranger.

Si donc la rhétorique est l’art gorgisa persuader, et rien autre chose, c’est la persuasion qu’elle opère, et rien de plus ; la persuasion, dis-je, prise en elle-même, et quelle qu’elle soit.

Mais qu’est-ce que la persuasion en elle-même? Or, goggias y a des croyances et des opinions fausses, comme il y en a de vraies. La rhétorique ou l’art de persuader est l’art de produire les unes comme les autres; autrement il faut changer la définition, et la changer c’est la détruire.

Pour maintenir la définition qu’elle s’est faite elle-même, la rhétorique est donc contrainte de reconnaître que son objet est de persuader dans les limites de la vérité ou en dehors de ces limites, pourvu qu’elle persuade ; qu’elle est une ouvrière d’erreur aussi bien que de vérité, ou plutôt qu’il n’y a pour elle ni faux ni vrai ; qu’elle ne s’occupe ni de l’un ni de l’autre, mais seulement; du succès, par quelque route qu’elle y arrive; qu’elle est indifférente à la vérité ou au mensonge, c’est-à-dire, qu’elle est essentiellement un art de mensonge, puisque tout est mensonge là où le mensonge et la vérité peuvent être arbitrairement employés.

De là toutes les conditions de la rhétorique, et la plus caractéristique de toutes, la condition de parler devant des auditeurs qui ne connaissent pas la matière sur laquelle on leur parle; car avec un auditoire éclairé, la rhétorique n’a plus qu’un seul moyen de succès, la vérité: Ainsi, pour déployer une puissance qui lui soit propre, il faut que la rhétorique ait affaire à des ignorants ; et comme sur toutes choses le nombre des hommes instruits est très petit, il faut que là rhétorique ait à faire à la multitude, comme représentant l’ignorance ; de sorte qu’à parler rigoureusement, la rhétorique; ou l’art de persuader n’est que l’art de trouver des expédients mensongers pour paraître savoir, sans savoir en effet aux yeux de gens qui ne savent pas ; pour paraître juste, homme de bien, bon citoyen, sans l’être; enfin, pour mettre partout l’apparence à la place de la réalité.

S’il en est ainsi, la rhétorique n’est point un art. En effet, la rhétorique ne réussit qu’en flattant les parties inférieures de la nature humaine, tandis que.

Le beau est agréable, et l’art plaît sans doute ; mais l’agrément n’est pas la beauté, et l’art se propose autre chose que de faire plaisir. La rhétorique, indifférente à la vérité, substitue l’agrément à la beauté, et cherche seulement à plaire. La rhétorique n’est donc pas un art: Telles sont les conséquences qui sortent naturellement de la définition convenue de la rhétorique; et nous doutons que la rhétorique ancienne ou moderne puisse y échapper.

Nul avocat, nul académicien ne pourrait faire une plus belle. Polus vient à son secours, et, sans s’en douter, soulève des questions qui tournent contre lui et accablent la rhétorique. Il s’avise de la défendre par les résultats qu’elle donne. L’élève de la rhétorique, l’orateur, dit Polus, domine les juges, et les assemblées du peuple, et peut perdre ses ennemis, les ruiner, les bannir, les faire mettre à mort, ou servir ses amis et soi-même ; il en est le plus heureux des hommes puisqu’il en est le plus puissant, et il est tout-puissant, puisqu’il fait tout ce qu’il veut.

Platon, Gorgias

Non, répond Socrate, l’orateur n’a pas de pouvoir pour cela qu’il peut ruiner, bannir ou mettre à mort ; car à ce compte on pourrait dire que le plus scélérat des hommes en est le plus puissant, puis qu’il playon à tout moment incendier ou égorger, pourvu qu’il parvienne à échapper au châtiment. L’audace impunie n’est pas. La volonté se rapporte essentiellement au bien ; c’est là son objet constant et fixe, sa fonction propre et sa loi ; c’est là aussi sa grandeur et sa puissance.

En effet l’action déréglée est tout individuelle, faible et périssable: L’action légitime, au contraire, par son rapport à la loi qui est toujours général, pplaton contracte une sorte de généralité, dr par là s’associe à la durée et à la force de gorgisa qu’elle réfléchit.

Le pouvoir torgias n’est donc au fond que faiblesse et impuissance ; le pouvoir légitime est seul fort, seul il est du pouvoir ; car, comme le dit très bien Platon, quoiqu’un.

On ne veut pas, à proprement parler, la chose que l’on fait en vue d’une autre; on ne vent que la chose en vue de laquelle on fait ce qu’on lait. Ce n’est pas la médecine amère que l’on veut, mais la santé qu’elle grgias donner; ce n’est pas le crime que l’on veut, mais le bien qu’on espère au-delà.

D’où il suit que l’homme ne voulant que le bien, s’il fait le mal, il ne le veut pas ; il ne fait donc pas ce qu’il veut en faisant le mal ; il n’a pas de pouvoir. L’élève de la rhétorique, comme le tyran, s’il ne fait pas le bien, ne veut pas ce qu’il fait ; il n’est pas puissant. Reste à prouver qu’il n’est pas heureux.

gorgias de platon

En quoi peut consister le bonheur d’un être? Que l’on y pense sérieusement et qu’on voie s’il est possible que le vrai bonheur d’un être soit ailleurs que dans son rapport le plus intime à sa loi, et s’il est possible que. Or, qu’est-ce que l’homme? Le rapport de l’homme à la justice et à la vérité, voilà sa loi, voilà l’ordre pour lui et son vrai bonheur ; être en dehors de la justice et de la vérité, voilà pour lui le désordre et la misère.

C’est donc dans l’âme que gît réellement le bonheur et le malheur ; c’est dans les profondeurs de l’homme invisible que se passent les évènements heureux ou malheureux de la vie. On ne peut dire d’un homme, fût-il le grand roi, dit Platon, s’il est heureux ou malheureux, tant qu’on ne sait pas où en est son âme par rapport à la science et à la justice. Plus il y a d’injustice et d’ignorance, plus il y a de malheur réel, quel que soit le bonheur apparent.

  TÉLÉCHARGER FORMULAIRE AEEH GRATUIT

En effet, non seulement l’ordre condamne toute injustice; mais quand une injustice a été commise, l’ordre y attache une peine, obligatoire pour l’être moral. Éluder cette peine, c’est faire à l’ordre une infraction nouvelle, c’est s’enfoncer encore plus le désordre et dans le malheur.

La vraie existence est celle de l’intelligence.

Platon : Gorgias (français) : traduction de Victor Cousin.

Le vrai, le juste, le bien, le beau, l’ordre seul existe substantiellement ; le faux, l’injuste, le mal, le désordre tentent d’être en quelque sorte, sans pouvoir entrer en possession de l’existence. Le mal et le désordre sont des négations. La peine ou la satisfaction à la loi qui attache à l’injustice l’obligation d’une réparation douloureuse, est déjà un retour à l’ordre et à la véritable existence; c’est à son tour une négation de la.

Au contraire, qu’est-ce que l’impunité, à parler philosophiquement? Ce n’est pas autre chose qu’une tentative plus ou moins vaine pour donner de. De là la maxime de Platon, que l’injustice est déjà un grand mal, mais que l’injustice impunie est le plus grand et le dernier des maux. Ces considérations décisives qui dominent la discussion ne nous dispensent pas de faire connaître des arguments d’un ordre inférieur, rigoureux, mais subtils, qui occupent dans Platon une très grande place, et que le lecteur ne sera peut-être pas fâché de trouver ici resserrés et résumés en peu de mots.

Pour prouver à Polus qu’il vaut mieux re. A considérer la question sous le rapport de la beauté, tout le monde convient qu’il n’est pas beau de commettre une injustice, et qu’il est plus contraire au beau de la commettre que de la recevoir. Tel est le sentiment universel du genre humain, qu’on ne peut rejeter sans rejeter sa propre nature.

Maintenant de quoi se compose l’idée du beau? Le beau étant donc le bien et l’agréable, le laid se définit par les contraires, savoir, ce qui est douloureux et mauvais. Si donc il est plus laid de faire une injustice que de la recevoir, c’est évidemment parce que cela est ou plus douloureux, ou plus mauvais. Or est-il plus douloureux de faire une injustice que de la. Ce n’est donc pas à cause de la douleur que l’injustice est laide; ce n’est pas par conséquent à cause de la douleur et du mal pris à-la-fois ; c’est donc le mal en lui-même qui nous fait regarder l’injustice comme plus honteuse à commettre qu’à recevoir, et l’injustice ne blesse le sentiment du beau que parce qu’elle est contraire à la notion du bien.

D’où il suit que le consentement universel dépose qu’il est mieux de recevoir l’injustice que de la commettre. Mais le bien dans son opposition à l’agréable, c’est l’utile en soi. Or nul ne préférant le laid au beau, le mal au bien, le nuisible à l’utile, Socrate a donc démontré à Polus que lui-même n’aimerait pas mieux faire une injustice que de la recevoir. Voilà pour la première maxime. Être puni de l’injustice qu’on a commise, c’est être puni justement.

Or, d’après le sentiment universel, tout ce qui est juste est beau; et si punir justement est beau, l’effet ayant le caractère de sa cause, être puni est beau conséquemment ; et le beau étant le bien, c’est-à-dire étant ou agréable ou utile, comme on l’a dit plus haut, à défaut de l’agrément, qui ne se rencontre pas dans la punition, il faut que l’utilité y soit.

Mais relativement à quoi? L’âme a ses biens et ses maux comme le corps a les siens. Les maux du corps sont la pauvreté, la maladie, l’obscurité, les pertes et les privations physiques; ceux de l’âme sont l’ignorance, la lâcheté, l’intempérance, l’injustice. Mais le sentiment intime du genre humain et l’opinion universelle faisant regarder les maux de l’âme comme plus honteux et plus laids que ceux du corps de toute la différence de la beauté de l’âme d’avec celle.

Les maux de l’âme, et parmi eux l’injustice, sont donc les maux les plus nuisibles, les derniers de tous les maux.

gorgias de platon

La justice est plus belle que la médecine: Le coupable qui évite la punition est un malade qui évite le fer et le feu qui seuls peuvent le sauver, sans se douter que tous ses efforts pour goegias à la punition qu’il mérite, n’ont d’autre effet que d’empêcher qu’il soit délivré de son mal.

La conclusion de tous ces raisonnement. Maintenant appliquons tout ceci à l’éloquence.

Explication de texte : PLATON, Gorgias

Loin que l’orateur soit heureux de pouvoir commettre l’injustice à son profit ou au profit de ses amis, il en est profondément malheureux ; loin qu’il soit heureux de pouvoir par la rhétorique assurer à lui-même ou à d’autres l’impunité de l’injustice, cette impunité est pour lui et pour eux le dernier des malheurs; et si la rhétorique voulait être vraiment utile, elle devrait faire précisément le contraire de ce qu’elle fait, et au lieu de défendre un client coupable contre la juste sentence d’une punition salutaire, elle devrait la solliciter en son nom comme un bienfait.

Il faut le tirer d’affaire à tout prix; de sorte que, par exemple, s’il a volé de l’argent, il ne le rende pas, mais le garde ou l’emploie en dépenses criminelles; si son crime mérite la mort, qu’il ne la subisse pas, et, s’il se peut, qu’il ne meure jamais et soit immortel dans le crime.

S’agit-il, au contraire, d’un de vos amis, ou de vos proches, ou de vous-même? Gorgias et Polus, n’ayant pas osé contester les principes moraux de Socrate, sont conduits aisément, d’aveu en aveu, aune contradiction manifeste avec leurs premières prétentions. Mais ils trouvent un défenseur dans leur hôte Calliclès, orateur et philosophe très accrédité à Athènes, et qui, pour échapper aux conséquences de la dialectique de Socrate, nie hardiment ses principes, et développe le système philosophique sur lequel s’appuient intérieurement ses deux amis, sans oser le montrer à nu et le défendre.